On the border : Chanson nostalgique des années de terreur à Biscaya

On the border : Chanson nostalgique des années de terreur à Biscaya

“On the Border” est une chanson qui induit les oreilles par des sonorités magiques, issues d’un mélange de flamenco et de folk-rock écossais. Une des sources d’inspiration de l’auteur Al Stewart.

Une magie particulière qui a inspiré sherrylynn70 pour exprimer sa vision personnelle, à travers des peintures et des photos intimement liées à l’amour qu’elle porte au monde latino, en particulier à la région Biscaya du Nord de l’Espagne.

La chanson “On the border” évoque une période sombre du Pays Basque espagnol où l’organisation séparatiste “ETA” dictait sa loi, en s’attaquant à l’intégrité de l’État espagnol par le massacre d’innocents.

Qui est l’auteur Al Stewart ?

Né le 5 septembre 1945 à Glasgow, Al Stewart est un auteur-compositeur-interprète et musicien de folk-rock écossais. Il est devenu célèbre dans le cadre du renouveau du folklore britannique dans les années 60 et 70, et a développé son style unique en combinant des chansons folk-rock avec des contes délicatement tissés des grands personnages et des événements de l’histoire. Il fut connu surtout pour son single à succès “Year of the Cat” tiré de l’album de platine “Year of the Cat”.

Al Stewart était une figure clé dans une époque fertile de la musique britannique. Il a joué au tout premier festival de Glastonbury en 1970, a connu Yoko Ono avant Lennon, a partagé un appartement à Londres avec un jeune Paul Simon. Il a travaillé avec Alan Parsons et Jimmy Page.

Afin d’apprécier les paroles de cette belle chanson, voici le texte original :

 

The fishing boats go out across the evening water

Smuggling guns and arms across the Spanish border

The wind whips up the waves so loud

The ghost moon sails among the clouds

Turns the rifles into silver on the border

 

On my wall the colours of the maps are running

From Africa the winds they talk of changes coming

The torches flare up in the night

The hand that sets the farms alight

Has spread the word to those who’re waiting on the border

 

In the village where I grew up

Nothing seems the same

Still you never see the change from day to day

And no-one notices the customs slip away

 

Late last night the rain was knocking at my window

I moved across the darkened room and in the lampglow I thought

I saw down in the street The spirit of the century

Telling us that we’re all standing on the border

In the islands where I grew up

Nothing seems the same It’s just the patterns that remain

An empty shell But there’s a strangeness in the air you feel too well

 

The fishing boats go out across the evening water

Smuggling guns and arms across the Spanish border

The wind whips up the waves so loud

The ghost moon sails among the clouds

Turns the rifles into silver on the border

On the border

On the border

On the border

Great thanks to sherrylynn70

Commentaire