Des vélos qui connaissent trois cycles dans leur vie

Des vélos qui connaissent trois cycles dans leur vie

Après avoir traversé les rues étroites d’Amsterdam et effectué des trajets utiles de toute sorte, après avoir été réparé, on ne sait combien de fois, pour remplir leurs rôles de tous les jours, des milliers de cycles quittent leurs villes natales, traversent l’Europe sur le toit de fourgonnettes parmi tant d’objets pour rejoindre la porte de l’Afrique et entamer ainsi une seconde vie.

Au fond d’une ruelle de la médina à Ouarzazate, Aziz tient un petit atelier où il entasse des objets métalliques de toutes sortes: des cuillères tordues aux marmites rouillées et bien d’autres briques à brac en métal. Mon vélo c’est mon compagnon de tous les jours, nous-dit Aziz le ferrailleur, pour faire mes courses, aller au café, me promener pour prendre de l’air et me dégourdir les jambes après avoir ciroté un thé à la menthe trop bien sucré, mon vélo est mon compagnon idéal qui me rend service et me force à conserver mon état de santé, je ne compte pas les kilomètres parcourus par jour et quand je ne suis pas assis ou allongé je suis dessus.
Pourquoi tant de gens prennent leur voiture pour aller chercher un baguette de pain chez le boulanger du coin?
Je ne comprends pas pourquoi il ya tant de voiture qui nous empoisonnent l’air que nous respirons dans des lieux aussi étroits, se demande Aziz.
Après tant de réparation et tant de remplacement de pièces toujours usagées que le vélo d’Aziz a subit pendant sa deuxieme vie, Aziz le ferrailleur nous explique comment il se sent fier d’avoir contribué à sa façon, si simple qu’elle le soit, à préserver la nature. Maintenant que mon vélo n’est plus facilement réparable, j’en prends congé pour le vendre au kilo parmi tant d’autres ferrailles pour rejoindre les hauts fourneaux de la société RecyleMetalus et être transformé en plaques ou autres formes pour ainsi connaître une troisième vie.

Commentaire